Rechercher

La place du village "Tajmarth"

Dernière mise à jour : 25 juil. 2021

Tajmart (littéralement, "l’assemblée") est, comme son nom l’indique, le lieu de rencontre du village d’Ihaggarene. Autrefois, lorsque le village était pleinement habité, on peut dire qu’elle en était la place forte. C’était le lieu où se tenait l’assemblée des sages à laquelle l’ensemble des chefs de famille était prié de participer.

On pouvait y débattre de sujets variés, aussi bien futiles que de hautes importances. Cette place où les habitants pouvaient se retrouver, quand ils n’étaient pas pris aux travaux des champs, était, à l’instar des forums romains, l’endroit où toutes les questions sociétales étaient débattues et où les grandes décisions étaient tranchées. Chaque villageois pouvait s’y exprimer.

Comme dans l’ensemble des villages Kabyles, l’assemblée, composée de représentants de chaque famille, était présidée par l’Amine du village qui était souvent désigné pour sa sagesse, son tempérament fédérateur et son âge avancé. La plupart des conflits étaient traités à la manière ancestrale qui imposait, tant aux plaignants qu’aux incriminés, de jurer par dieu où plus souvent par Sidi Yahya (Saint du village Ihamiyen), afin de les départager. Si les deux impliqués restaient sur leur position, les sages en prenaient acte et les renvoyaient tous deux à leur conscience devant les divinités.

Le conflit était clos après la prière du Marabout spécialement sollicité pour l’évènement. En cas de torts avérés et reconnus par l’assemblée, la personne concernée ne pouvait que se plier à la décision de l’assemblée, sous peine de bannissement de la société. Cette sentence était très redoutée des villageois car consistait à être ostracisé de tous et elle concernait aussi bien les hommes que les épouses et les enfants. Autant dire que cette disposition était très rare.


PS: N'hésitez pas à réagir et à nous proposer les sujets qui vous intéressent.


59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C’est avec une immense peine que nous avons appris le décès de Madame HAMICHE Chérifa, épouse BOURECHOUCHE, qui nous a quitté à l’âge de 86 ans. Nous adressons nos sincères condoléances à l’ensemble d